Recherche

eloge du fait maison cuisine militante

Éloge du fait-maison, la cuisine militante

Le fait maison c’est un des piliers de base qui a inspiré la création de My Beautiful Dinner, c’est un mode de vie, une façon de voir notre alimentation. Ceci est ma vision de la cuisine, de l’alimentation du quotidien. Un éloge du fait maison militant et raisonné.


Nous avons tous pris l’habitude de faire nos courses en supermarchés, c’est un gain de temps énorme et on y trouve des merveilles.
Les industriels ont créé des produits qui nous rendent addicts (crèmes dessert , biscuits goûter des enfants, céréales, yaourts) et c’est tellement plus simple d’acheter ces produits touts prêts que de s’embêter à les faire soi-même. Et puis c’est tellement bon, le goût est identique et régulier tout au long de l’année, on n’est jamais déçu. J’ai déjà entendu des parents me dire : j’achète cette marque car c’est la seule que mes enfants acceptent de manger, grâce aux petits cadeaux dissimulés au fond du paquet.
Je ne voudrais pas passer pour la réac’ de service mais quand-même, si on s’arrête deux minutes et que l’on réfléchit : avez-vous remarqué que le coeur du produit, la raison pour laquelle nous l’avons acheté devient accessoire. Quels sont les repères que nous voulons donner à nos enfants ? Le goût des produits de base pour leur apprendre à faire leurs propres expériences, découvrir le croquant, le sucré, l’amer, le moelleux, etc. Ou voulons-nous simplement nous simplifier la vie et les priver de ce à quoi nous avons eu la chance de bénéficier grâce aux efforts de nos parents et grands-parents ?

Cuisiner soi-même prend du temps, je ne vous enlèverai jamais ce contre argument. Mais cuisiner des plats simples ne prend pas forcément des heures. Oui on y passe du temps que l’on préfèrerais consacrer à autre chose en rentrant à la maison après une journée de travail. Mais du temps à faire quoi et utilisé comment ? Posez-vous les bonnes questions sur les activités du quotidien qui vous prennent du temps : lessives, ménage, courses, rangement, devoirs des enfants, bain des petits, sport, temps passé à regarder la télé, à être tranquille dans votre canapé… Avez-vous la bonne organisation ?

C’est une question essentielle, en hiérarchisant vos priorités, si cuisiner maison en est une bien-sûr, vous arriverez très facilement à l’intégrer dans votre emploi du temps.

Un exemple simple :
– Je décide de préparer des pommes dauphines surgelées et des steaks hachés pour le dîner. Temps de cuisson des pommes dauphines : 25 minutes au four, la cuisson des steaks se fera pendant ce temps. Ensuite vous ajouterez du sel, du ketchup ou de la moutarde pour assaisonner votre viande. C’est beaucoup trop de graisses, de sel et de sucres pour un repas du quotidien. Mais, mais, mais pendant que les pommes dauphines cuisent, je peux faire autre chose. C’est vrai mais ne me dites pas que c’est une question de temps. Dites que vous ne souhaitez pas y consacrer de temps, c’est différent.
– Je décide de préparer des nuggets de poulet maison. Je découpe mes blancs de poulet, je les trempe dans un oeuf battu, dans de la chapelure et dans une poêle avec deux cuillères à soupe d’huile. Temps de préparation : 5 minutes, temps de cuisson : 5 minutes. Avec mon poulet je vais servir une salade de roquette, tomates, maïs, concombre, par exemple avec les légumes que vous trouvez sous la main. Temps de préparation 10 minutes. Le bilan nutritionnel du second repas est bien meilleur que le premier, et ne me dites pas que vos enfants n’aiment pas les nuggets !

Résultat : en me bougeant un minimum, cela peut me prendre moins de temps de préparer un dîner sain et équilibré pour toute la famille.

Si vous avez lu mon article jusque là, c’est que vous avez compris que ne pas cuisiner, c’est se chercher des excuses pour en faire moins, et ça chez My Beautiful Dinner, ça n’est pas vraiment acceptable. D’ailleurs, je suis désolée d’enfoncer le clou, mais ne pas cuisiner coûte plus cher que de faire soi-même alors l’argument de “je ne peux pas faire car je n’ai pas les moyens” est irrecevable. Préparer un plat de riz, accompagné de sauce maison, de légumes, d’un peu de viande ou de poisson pour une famille coûte beaucoup moins que d’acheter des boîtes ou des produits surgelés.

Voici à mon sens les avantages principaux de cuisiner soi-même au maximum :

Moins de déchets

Vous vous sentez concerné par l’écologie, par la préservation de notre planète ? Arrétez-vous et regardez le volume de déchets que vous générez. Effarant n’est-ce pas ? Une jolie boite en carton, dans laquelle se trouve une boite en métal ou en plastique, un emballage de carottes râpées, le même de biscuits… et cela multiplié par dizaines qui finissent toujours à la poubelle. Sans compter les étapes de transformation et les kilomètres parcourus par ces produits avant d’arriver dans votre cuisine.

Bannir les mauvaises graisses

Qui n’a pas entendu parler de la polémique autour de l’huile de palme ? Elle est partout : dans les gâteaux, les céréales, les pains de mie, les pâtes à tartiner, les chips, partout. Du coup, vous guettez les produits qui n’en contiennent pas. Bonne initiative mais sachez que la propriété de l’huile de palme est d’être naturellement à l’état solide afin de donner cette texture croquante que nous aimons tant aux produits de la grande distribution. En utilisant d’autres huiles que celle de palme, il faut les transformer pour leur donner une consistance solide. Cela s’appelle des acides gras trans, entre la peste et le choléra, à vous de faire votre choix. Des fois je me dis qu’un petit biscuit maison à base de beurre frais pour le goûter des enfants n’a jamais tué personne… Et en plus ils peuvent participer à leur élaboration le week-end, vous les stockerez pour les goûters de la semaine dans une boîte hermétique.

Contrôler nos apports en graisses en en sucres

Surtout évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. Nous connaissons tous ce slogan très positif pour notre santé. Oui mais, quand on mange des céréales industrielles au petit déjeuner, quelle est la quantité de sucre et de gras que nous consommons ? Difficile à dire quand on ne maîtrise pas ce que l’on met dans nos assiettes. Pour rester sur les céréales pour enfants, comptez en moyenne entre 25 et 32% de sucre, 23% de graisses et 5% de sel. Je ne sais pas vous, mais je trouve que la journée ne commence pas si bien que ça…

Lutter contre les marges colossales réalisées par l’industrie agro-alimentaire et faire des économies

Régulièrement nous voyons les éleveurs, producteurs descendre dans la rue pour protester contre les marges astronomiques réalisées par les industriels. Si nous achetons des produits bruts en supermarchés, notre consommation a forcément un impact sur notre porte monnaie et leur rémunération.
Vous êtes-vous déjà rendu dans des pays “moins riches” que le notre ? J’ai fait le même constat à l’Ile Maurice qu’en Thaïlande : les familles cuisinent et on trouve très peu de supermarchés, réservés aux élites ou aux touristes.
Cuisiner soi-même coûte beaucoup moins cher que d’acheter des plats, desserts, goûters tout prêts et beaucoup moins bons. Et n’oubliez pas qu’en 2015 nous avons un outil formidable appelé congélateur. N’hésitez pas à préparer à l’avance et congeler les portions supplémentaires pour les consommer au fur et à mesure de vos besoins.

Limiter les intermédiaires, redécouvrir la vie de quartier

Le coût des courses c’est souvent le nombre d’intermédiaires car chacun prend une marge sur la vente de ses produits. C’est normal, tout travail mérite salaire. Sauf que, dès fois, il y a certaines dépenses dont on pourrait bien se passer. Sortez ! Re-découvrez le plaisir d’aller au marché, de voir vos commerçants qui ne sont pas forcément plus chers que les supermarchés et qui proposent des produits souvent de bien meilleure qualité. Manger plus de fruits et de légumes, en lieu et place de saloperies grasses et sucrées vous fera faire des économies et votre santé vous dira merci. Si vous ne me croyez pas, essayez, on en reparlera ensuite.

Savoir ce que l’on mange

Vous êtes-vous posé la question : ais-je pu être susceptible de manger de la viande de cheval impropre à la consommation lors du scandale des lasagnes au cheval ? Ce manque de traçabilité était prévisible. En privilégiant les circuits courts et les préparations maison on se met forcément à l’abri de ces scandales sanitaires. On fait attention à l’air que nous respirons, à notre sécurité sur la route, à ne pas boire, fumer mais nous mangeons n’importe comment ou du moins nous n’avons pas connaissance de ce que nous mangeons. Suis-je la seule à penser qu’il y a un problème ?

Manger mieux

Manger mieux qu’est-ce que ça veut dire ? A la fois tout et rien. Si vous voulez mon point de vue, manger mieux c’est consommer moins de viande (2 fois par semaine), manger du poisson et des fruits de mer (2 fois par semaine), manger 5 fruits et légumes par jour (en comptant 100 g par portion), manger moins de féculents et les varier davantage (quinoa, boulgour, riz, pâtes, pommes de terre), manger plus de graines et de fruits secs excellents pour notre santé afin de faire baisser notre taux de mauvais cholestérol. Manger des produits bruts, préparés et assaisonnés soi-même. N’utiliser que des huiles extraites à froid et valoriser les huiles végétales (coco, sésame, olive, colza), limiter les sucres raffinés et privilégier les sucres naturels (sirop d’erable, sucre de coco, sucre de canne etc.)
Il va de soi que manger mieux ne doit pas vous enfermer, sortez, mangez au restaurant, chez des amis, cela ne va pas vous faire de mal. Mais au quotidien, raisonner notre alimentation que pourra avoir que des effets bénéfiques sur notre santé.

Prendre plus de plaisir à consommer des plats que l’on a pris le temps de cuisiner

Tout est dit. Prenez-vous vraiment plaisir à manger un plat surgelé à la sortie du micro-onde à même la barquette ? Mettre la table, partager le même repas en famille, prendre plaisir à se resservir, prendre le temps de manger, de parler, d’échanger… C’est ça la vie.

Être fier de soi

Réussir un plat quand on n’a pas l’habitude de cuisiner c’est déjà une victoire. Alors lancez-vous, c’est en essayant que vous pourrez réaliser quelque chose. N’attendez pas que le temps se passe. Laissez-vous guider, au début, ne jouez pas au héros et suivez les étapes de la recette à la lettre. La réussite sera au rendez-vous. Partagez votre plat, regardez les yeux de vos convives. Ils brillent ? C’est gagné.

, , , , ,

Pas encore d’avis

Laisser un commentaire